Artisanat Mag 85 - page 6

4
L’ARTISANAT & L’ÉCONOMIE
Photo : Pixabay ©
Artisanat
Retour sur l’histoire ancienne
Ils n’étaient pas toujours bien considérés («
Artisans, boutiquiers,
et tout ce bas-fond des villes
» écrivait Cicéron) ; on leur
reconnaissait bien peu d’utilité sociale et surtout intellectuelle :
«
Les arts vils et qui se donnent pour tels, les métiers purement
manuels contribuent eux-mêmes grandement au confort de
l’existence ; ils n’ont cependant rien de commun avec la vertu.
Les arts se divisent suivant Posidonius en quatre catégories :
arts vulgaires et infimes (vulgares et sordidae), arts éducateurs,
arts libéraux. Les premiers sont l’affaire de l’artisan ; purement
manuels, ils ne visent qu’à l’aménagement matériel de
l’existence ; ni les bienséances morales, ni la considération de
l’honnêteté ne les inspirent à aucun degré
» écrivait Sénèque.
Des conceptions philosophiques contestées
Cependant, certains commentateurs ne manquent pas d’indiquer
que ces conceptions dévalorisantes ne sont pas à attribuer
aux contemporains des artisans cités, mais relèvent d’une
pensée située du côté des classes aisées. Pour elles, l’artisan
faisait partie de la « plèbe », du peuple, et non de l’élite composée
des sénateurs et chevaliers. Les artisans étaient donc esclaves,
affranchis, ouvriers ou artisans libres. Quelques décennies
Les historiens de l’histoire socio-économique (Weber en 1909 et Rostovtseff en 1926),
définissent l’artisanat comme la production d’objets manufacturés à partir de matières
premières, dans laquelle l’individu concerné, l’artisan, vit de son travail.
LE RÉPERTOIRE DES MÉTIERS
C’est l’instauration du registre des métiers qui a
contribué à une meilleure connaissance de l’artisanat.
Créé par la loi du 27 mars 1934 sous le nom de
Registre des métiers, il est entré en fonction en 1936.
Il s’appellera Répertoire des métiers à compter du 1er
mars 1962. Rappelons que la loi portant la création
des chambres de métiers date du 26 juillet 1925 et
c’est le 31 décembre 1929 que seront créées les deux
premières chambres de métiers : en Haute-Marne et
en Seine-Inférieure.
1,2,3,4,5 7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,...124
Powered by FlippingBook