Artisanat Mag 85 - page 6

4
L’ARTISANAT & L’ÉCONOMIE
dans de bonnes conditions, les entreprises artisanales connaissent
une mutation profonde. Les savoir-faire demeurent, qualité
oblige, mais les savoir être requalifient positivement les relations
entre les métiers et les consommateurs. Et là, la passion ne
suffit plus car il s’agit de s’organiser, d’acheter, de promouvoir,
de vendre. Ce qui ne signifie pas que l’artisan reconverti sera sorti
du champ de la passion. Bien au contraire. Il aura transmuté
cette passion pour en faire une stratégie de développement.
Creusant l’écart avec l’artisan « traditionnel » ? Vraisemblablement.
Cette fois, c’est le regard du consommateur qui se fera juge.
La qualité du service rendu primera sur le savoir-faire artisanal.
Habitués que nous sommes à échanger et à partager l’information,
nos échelles changent progressivement de repères. L’artisan
« dont on parle en bien » risque de ne pas forcément être
celui dont la passion et le savoir-faire sont remarquables. Ces
glissements sont perceptibles et donnent à la passion de
l’artisan une tout autre dimension : l’artisan passionné devra
également passionner son client et, surtout, son futur client.
Et le savoir-faire ?
Il s’accroche, justement, à cette nouvelle dimension. C’est
par la réponse concrète à la demande du client que l’artisan
construit sa réputation, et plus uniquement par d’hypothétiques
Il y a les artisans, l’artisanat, les clients, ce qu’ils sont et ce
qu’ils ne sont pas. En évoquant l’artisanat, on ne sait plus
vraiment de quoi on parle. Des femmes et des hommes, des
entreprises qui transforment et commercialisent, mais également
des services. Chaque épisode de la crise économique fait
parler et reparler de l’artisanat. Côté pile : le savoir-faire
reconnu dans le monde entier, le prestige de la France. Côté
face : des entreprises de proximité qui s’essoufflent, ont du mal
à trouver des successeurs et voient leurs charges sociales
s’accroître dangereusement.
Car l’artisanat est une agrégation particulièrement complexe
dans son fonctionnement, donc dans son image.
Quand la passion tient tout le reste ?
Il est un point sur lequel chacun se retrouve : sans passion,
pas d’artisan. Mais la passion suffit-elle pour imaginer pérenniser
les métiers ? Certes, les métiers de l’artisanat connaissent une
forte progression, sous l’impulsion de nouveaux arrivants issus
d’horizons différents. Ces derniers sont le plus souvent mus
par l’envie de ne plus faire ce qu’ils faisaient, trouvant dans
les métiers de l’artisanat des valeurs intangibles. Écarter ce
qui ne plaisait pas est une chose, mais transformer une envie
en passion en est une autre. Faute d’avoir su se transmettre
L’artisanat, un concept hétérogène
Côté face… et côté pile
Plus que jamais, l’artisanat représente un univers aux contours les plus flous. Toutefois, il reste
paré des meilleurs atours. On l’évoque toujours en parlant de modèles, de réussite, de prestige
et de créativité. Pourtant des parts d’ombre se dessinent. Qu’en est-il exactement ?
Photo :Artisanat Mag ©
1,2,3,4,5 7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,...132
Powered by FlippingBook